Sport : improvisation

Attention à lire les consignes avant de lire toute page d’un site santé !

L’improvisation théâtrale n’est pas reconnue comme sport en tant que tel. Pourtant, elle pourrait l’être vu la dépense énergétique qu’elle engendre chez ceux qui se donnent à fond dans cette discipline et surtout dans des personnages comme ceux réalisés par l’humorise Kostia. Cette pratique devrait suivre les règles élémentaires de tout exercice …en plus de celles à respecter pour le jeu des jouteurs*. Il veillera notamment à s’échauffer non pas seulement l’esprit mais le corps également pour assumer un saut de patinoire**.

* ne dites pas joueurs mais bien jouteurs. L’improvisation est ensemble de joutes verbales…

** la patinoire est le cadre qui encadre généralement les jouteurs.

Mentalement

Ce divertissement artistique à l’avantage, pour les jouteurs, de vider la mauvaise énergie qui est en nous grâce au fait que nous pouvons exprimer toute tristesse, tout mal-être, toute colère voire toute haine dans la peau d’un personnage choisi voire imposer par l’arbitre. Être quelqu’un d’autre n’empêche bien évidemment de pouvoir exprimer également tous les sentiments positifs que nous n’avons pas toujours l’opportunité de sortir durant la journée dans certaines professions durant lesquelles il n’est pas souhaité voire souhaitable de comportements exhubérants ou sincères.

Physiquement

Cette forme de sport à l’avantage pour les personnes les plus expressives de :

  • jouer un personnage plus enthousiaste pouvant et osant faire de grands gestes qui libèrent nos muscles et nos articulations. Nous limitons généralement trop souvent nos mouvements dans la vie quotidienne et souvent mal dans les situations courantes
  • jouer un animal sautillant ou à 4 pattes, un homme fort, un homme dominé se positionnant comme tel, un monstre hideux ou une elfe légère qui par leur(s) attitude(s) et les mouvements exagérés* qui les accompagnent, permettra de mieux percevoir son corps. Cette perception permet progressivement de mieux maîtriser chaque partie de son corps dans le jeu (durant les joutes) mais également de maîtriser plus aisément les attitudes dans la vie quotidienne.

* Le spectateur peut rentrer plus facilement dans l’histoire s’il sait en compagnie de quel(s) personnage(s)/personnalité(s) il se trouve et dans quel contexte. Il est donc préférable d’exagérer quelque peu puisqu’en impro, nous ne disposons pas de costumes, ne pouvons presque pas jouer de notre équipement, et n’avons que peu de temps pour que le spectateur comprenne qui le jouteur interprète et dans quel contexte l’histoire se déroule…

Règles physiques d’un bon jouteur

Le jouteur pour son physique et le plaisir des spectateurs fera attention notamment durant les entraînements à exagéré en effet les traits d’un personnage pour faciliter la bonne compréhension du public mais pour également détendre son corps. Il veillera également :

  • d’une impro à l’autre, à jouer aussi bien un personnage très grand que très petit
  • d’une impro à l’autre ou mieux dans une même impro, à jouer un personnage très fort et très faible …idéalement commencer par un personnage imposant montrant progressivement une autre face (contre-pied donnant du corps à un personnage)
  • Mimer le vol d’un animal ou d’un être de formes variables
  • Mimer la chute de ce dernier ou de cet être très fort
  • à ne jamais parler du quotidien, à ne pas jouer une personne en état d’ébriété ou sous emprise (ces impros sont généralement celles de débutants et ne tournent pas à grand chose)
  • à limiter les blagues en dessous de la ceinture qui ne permettent pas de voir la qualité de l’improvisateur même si elles rapportent plus facilement de points

Plus d’infos sur l’improvisation sur www.improvisation.be , www.improcarolo.be

Revenir au chapitre  » Sports « 

Laisser un commentaire